La BIM est en ligne !

Malgré toute la méfiance que j’ai envers certaines nouvelles technologies et à un moment où il apparaît de plus en plus clairement qu’elles se retournent contre nous (flicage, traçage, fichage, mais aussi coût écologique, désocialisation, …), je me suis finalement décidé à me saisir du web.

C’était plutôt compliqué de sortir la BIM en 2020 avec tout l’arsenal de restrictions sanitaires mis en place dès le mois de mars. Il y a eu le confinement, puis beaucoup d’événements ont été annulés cet été, un couvre-feu puis hop nouveau confinement et encore un couvre-feu… Bon, je ne t’apprends rien, on l’a toutes et tous vécu. Pas forcément de la même manière, mais ça c’est un autre sujet.

Alors dans cette morosité ambiante, je me suis demandé comment maintenir le contact avec toutes ces personnes que je rencontre d’habitude autour des tables de la BIM et avec qui je bavarde, rigole, débats et crée des complicités ? De quelle manière puis-je poursuivre ce travail de rencontres et de discussions ? Par quel moyen continuer à faire connaître encore un peu plus largement ce projet et faire découvrir les initiatives éditoriales que j’y présente ? Comment offrir une visibilité sur les nouvelles arrivées, les activités, les prochains événements auxquels participe la BIM ?

Plutôt réfractaire aux réseaux dits sociaux (pas besoin de les citer), j’ai fais le choix d’ouvrir un site sur la plateforme d’hébergement Noblogs qui correspond le mieux à ce que je cherchais et en qui j’ai totalement confiance. J’ai aussi pris le temps de bien réfléchir à ce que j’y mettrai (ou pas), la présentation du site, comment m’organiser pour l’alimenter et le faire vivre, etc.

Voilà le résultat ! Il n’est pas encore totalement fini et s’améliorera avec le temps. En attendant, qu’une mailing list se mette en place, n’hésite pas à le visiter régulièrement afin de te saisir des textes qui y sont diffusés, de les faire circuler et les mettre en pratique. Tu pourras également y être tenu·e au courant des prochaines dates où tu pourras croiser physiquement la BIM (ou d’en proposer) car je souhaite que le numérique ne supplante jamais le papier et je privilégierai donc toujours la diffusion d’imprimés à l’utilisation de l’informatique pour faire circuler les idées et les propositions que la BIM défend… pour entretenir cette flamme qui nous anime !

Lire délivre !

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.